Voilà l'archétype du jeu qui s'inspire des séries B bien craspecs que tout geek fan de cinéma apprécie : des zombies, des filles moitiés à poil et du sang sur les murs.

Voilà, le décor est posé. Avouez que ça donne vraiment envie non ? Malheureusement, le jeu se traine une réputation calamiteuse. Je me dit que j'ai l'habitude avec le cinéma : après tout, Street Trash ou Toxic Avenger n'ont pas non plus fait l'unanimité au cinéma non ? Je tente donc quelques parties.

Et finalement, tout le monde avait raison : c'est nul. J'ai vraiment de la peine, car le principe était pourtant si jubilatoire ! Car avoir des idées, c'est bien, mais quand on sait faire un jeu, c'est mieux.

Onechanbara Bikini Samurai Squad sur Xbox 360.
Onechanbara Bikini Samurai Squad sur Xbox 360.

Déjà techniquement, ça ne casse pas trois pattes à un canard. On peut tout de même souligner l'attention qui a été portée sur les animations, et notamment sur les protubérances mammaires de nos héroïnes ; pour un peu, on se croirait dans Dead Or Alive...

Quand à la maniabilité, elle est aussi basique que la réalisation : on avance, on frappe, et même dans certains cas avancer suffit à vous faire progresser dans le jeu. De toute façon, vu la rapidité des zombies, on ne craint pas grand chose. On en vient alors à la difficulté, très basse, qui fait que l'on termine le jeu très rapidement.

Une version de Onechanbara est également disponible sur la Wii sous le nom plus évocateur de Bikini Zombie Slayers. Cette mouture Xbox 360 est tout de même un cran au dessus (au moins, on a droit aux vidéos pseudo coquines absentes de la version Nintendo). Au moins ici, la maniabilité est basique, mais elle fonctionne.


On a beau faire : c'est vite lassant...
On a beau faire : c'est vite lassant...

à peine moyen

Onechanbara Bikini Samurai Squad

Plein de promesses, mais rien du tout au final. Moyen voir mauvais sur tout la ligne, même pour moi qui suis amateur de nanars de série B, je n'ai pas tenu longtemps. Déçu je suis...

La note : 2/6 (à peine moyen)