Après le remake du deuxième épisode, Capcom revient logiquement avec Resident Evil 3, où le Nemesis rôde. Prêt à avoir peur ?

Grand Ancien


Resident Evil 3 fait partie des meilleurs opus de la série. Il avait réussi la prouesse de proposer un épisode assez différent pour éviter l'essoufflement - Capcom commençant déjà à travailler sa malheureuse réputation d'essorage de ses licences, Street Fighter en tête.

Tout comme Resident Evil 2, le troisième épisode d'origine jouait la carte de la brutalité. On sortait un peu du survival horreur du premier épisode pour proposer quelque chose qui faisait copieusement parler la poudre... tout en foutant clairement les pétoches.

La nouvelle intro est vraiment bien !
La nouvelle intro est vraiment bien !

Et pour vous foutre les miches, rien de mieux que le Nemesis, ce montre énorme boosté au virus T qui va vous harceler tout au long de l'aventure. Et surtout quand vous ne vous y attendez pas.

Resident Evil 3 en pleine pandémie


Il est marrant (ou pas) de noter que le remake de Resident Evil 3 est sorti en plein confinement français durant la pandémie du Covid-19, en avril 2020.

Comme si la réalité rattrapait la fiction ? Capcom aurait eu une vision avec près de 20 ans d'avance ?

Un super chouette remake.
Un super chouette remake.

Désolé pour les fans de la théorie du complot et les putes à clic, c'est juste une drôle de coïncidence. Umbrella Corporation n'existe pas.

Mais dans le jeu, la société pourrie existe bien, et vous allez vous la coltiner à grands coups d'explosions dans tous les sens.

Fan service


Resident Evil 3 cible clairement les vieux cons comme moi. Les fans de jeux vidéo que la quarantaine n'a pas entamé le plaisir d'avoir une manette en mains.

Vous ne serez jamais vraiment en sécurité... Sauf s'il y a une machine à écrire !
Vous ne serez jamais vraiment en sécurité... Sauf s'il y a une machine à écrire !

Et en cela, Capcom a fait très fort, surtout durant les premières cessions de jeu. On commence avec une vue subjective, qui fait se poser des questions : "eh, mais on n'est pas dans Silent Hill 4 là oh !". Pour ensuite brouiller les pistes avec des scènes grandiloquentes.

J'appréhendais également les scènes contre le fameux némésis. J'avais peur d'être trop vieux pour ces conneries. Sauf que non, une fois de plus, le gameplay a été modernisé, si bien que le tout passe comme un miel.

C'est rigide juste ce qu'il faut, et modernisé au poil.

En gros : vous êtes mal.
En gros : vous êtes mal.

Vous incarnez donc une Jill Valentine - héroïne du premier épisode - qui s'apprête à quitter Racoon City... avant que le cataclysme ne se déclenche et ne la mette sur le chemin de Carlos, un mercenaire de Umbrella.

Le scénario est basique, mais reste très sympa à suivre. Avec des méchants très méchants et des gentils très gentils. Le tout mâtiné de petites phrases choc comme on les adore.

On reste dans la veine plutôt grossière de l'épisode originel. Mais c'est un remake, le matériel de base est donc respecté. C'est peut être un peu dommage tant la réinterprétation de l'introduction du jeu est réussie.

En gros : vous êtes toujours mal.
En gros : vous êtes toujours mal.

Inventaire et artisanat


Derrière sa réalisation hors pair (le jeu est superbe et son ambiance vous fout toujours autant en apnée), Resident Evil 3 se contente de moderniser son gameplay originel.

Et c'est finalement ce qu'on lui demande.

Que serait la série sans ses plantes (oui, toujours combiner la verte et la rouge !), ses sprays de premiers soins et ses cartouches disséminées n'importe où ? Sans parler de ce foutu inventaire limité que vous pouvez heureusement agrandir durant l'aventure ?

Heu... bonjour ?
Heu... bonjour ?

Et surtout, la possibilité de fabriquer vos propres munitions, une avancée due à ce troisième épisode, tout comme l'esquive, particulièrement utile tout au long de l'aventure ?

On retrouve donc parfaitement ses marques, on tire dans la tête (et uniquement dans la tête), on recherche chaque objet, on lit toutes les lettres et on sauvegarde sur ces bonnes vieilles machines à écrire tout en vidant ses poches dans le gros coffre juste à côté. Bref, c'est du Resident Evil et c'est pile poil ce que l'on cherche !

Merci Capcom pour cette belle dose de nostalgie parfaitement modernisée... mais pas trop.

On dirait que ça s'est un peu battu...
On dirait que ça s'est un peu battu...

Merci à mon pote Thibault de m'avoir prêté ce jeu, en plein confinement, qui m'a permis de passer quelques huit heures de plaisirs frissonnants.
culte, indispensable !

Resident Evil 3

Resident Evil 3 est un gros plaisir pour tous ceux qui ont la nostalgie des épisodes des années 1990... et finalement pour tous les autres.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)