Schneider aussi c’était mis à produire des VG-5000, au départ fabriqués par Philips. Il n’est pas le seul, on en trouve aussi sous la marque Radiola. Mais pourquoi sortir ces machines sous plusieurs marques ? On ne parle pourtant pas de standard mais bien de micro-ordinateur.

En fait, tout provient du rachat par Philips des deux firmes citées ci-dessus. Ainsi, il est beaucoup moins étonnant de voir arriver des clones.
La carte mère est strictement identique, seule la couleur du boitier change : noir chez Philips, il passe au blanc chez Schneider et Radiola. Des machines très peu intéressantes donc, à part pour les collectionneurs qui désirent des versions plus rares. Le Radiola est assez rare, mais moins que la version Schneider.
A noter qu’on ne les trouve qu’en France.

Le VG-5000 de Schneider et sa jolie robe blanche.
Le VG-5000 de Schneider et sa jolie robe blanche.

La machine sortant des mêmes usines que celles du Minitel, les ingénieurs avaient choisi la facilité en utilisant le même clavier pour le VG-5000. Ledit clavier est assez confortable, mais il ne faut pas non plus taper pendant des heures.
Cela n’est pas bien grave puisque le VG-5000 était clairement un ordinateur d’apprentissage.

Schneider VG-5000 côté technique

Microprocesseur : Zylog Z80 à 4Mhz
Mémoire vive : 24 Ko
Mémoire morte : 18 Ko
Vidéo : mode texte 40x25, pas vraiment de mode graphique, seulement un pseudo mode de 320 x 250
Son : 1 voie sur 4 octaves
Prix d'origine : 1 590 F