Il est pas mignon mon petit poussin ? Ne vous y trompez pas, car sous son air débonnaire, il va vous faire littéralement vous arracher les cheveux !

Un poussin égale deux


Toki Tori premier du nom est d'abord sorti sur Game Boy Color en 2001, il fera ensuite le tour des plates-formes, dont la Switch.

Toki Tori 2 est d'abord sorti sur le Wiiware de la WiiU en 2014, c'est à dire en téléchargement exclusivement.

On retrouve notre petit poussin.
On retrouve notre petit poussin.

Les résultats de vente sont malheureusement décevants. On est bien loin des résultats d'un Rovio avec son fameux Angry Bird et ses myriades de produits dérivés. Bref, les les peluches que l'on peut retrouver dans un magasin de jouet La Grande Récré, ça sera pour plus tard. Voir jamais.

Comme cela avait déjà plutôt bien marché avec le premier épisode, le jeu se voit décliné sur pas mal de supports, dont la Switch qui nous intéresse ici. Cela permet au jeu de toucher plus de monde et d'être ainsi un peu plus rentable.

Une suite très différente


Alors que le premier épisode proposait un jeu basé sur un système de tableaux qui rappelait les belles années de nos micro-ordinateurs fétiches (Atari ST et Amiga en tête), Toki Tori 2+ propose une forme plus moderne... et plus alambiquée.

Vous ne pouvez faire que deux choses : chanter, ou frapper le sol.
Vous ne pouvez faire que deux choses : chanter, ou frapper le sol.

Dans tous les cas, ne vous attendez pas à un jeu de platesformes. Non, ici, il va falloir vous servir de votre tête pour pouvoir progresser.

Là où le premier opus de Toki Tori était très clair, le second vous plonge dans le bain dès le départ, pour ensuite seulement vous afficher une carte à la Super Mario World.

Peu, voir pas du tout d'indications. Il va falloir vous débrouiller pour progresser. Certes, il y a bien une micro-aide sous forme d'un piaf qui vous parle, mais c'est tellement limité que l'on peut plutôt parler de base de scénario quasi inexistant plutôt que d'aide de jeu.

C'est mignon visuellement, mais ne vous y trompez pas : la difficulté est ardue.
C'est mignon visuellement, mais ne vous y trompez pas : la difficulté est ardue.

Une difficulté bien trop rugueuse


Dans Toki Tory 2+ on ne tire pas, on ne tue pas, votre petit poussin ne peut même pas sauter !

Tout au long du jeu, vous ne pourrez que vous déplacer et n'effectuer que deux actions : écraser le sol et chanter.

En écrasant le sol, vous pouvez faire peur aux animaux qui vous entourent et les éloigner. En chantant, c'est le contraire. Et c'est parti pour un puzzle game simplisme dans ses mécaniques mais hardcore dans son déroulement.

Pour autant, cela n'empêche pas que la difficulté est diablement élevée. Trop élevée même.

Tout au long de ma partie, cela n'a fait que créer et renforcer un sentiment de frustration qui ne m'a jamais quitté.

Les puzzles sont très complexes, et AUCUNE indication ne vient vous aider. Même Lemmings ou Gods n'étaient pas aussi rugueux à leur (grande) époque. Alors en 2014 et après, vous imaginez bien que ça ne passe pas.

Cela explique en partie les mauvaises ventes de Toki Tori 2+...
moyen

Toki Tori 2+

Non, Toki Tori 2+ n'est pas le Dark Souls des puzzle games, car on n'apprend pas vraiment à jouer au gré des parties. On trouve la solution, c'est tout. Rien à voir dans le ressenti, qui n'est ici que frustration. C'est vraiment dommage, parce qu'avec plus de fluidité et d'explications, il aurait pu proposer un chouette jeu.

La note : 3/6 (moyen)