Plus dure sera la chute. Faire revivre des licences phares me rend encore plus exigeant. Et tant pis pour ce gros ratage qu'est Fear Effect Sedna.

Réminiscences de la Playstation première du nom


Fear Effect, si vous avez connu l'époque de la première Playstation, cela doit forcément vous dire quelque chose.

Un jeu d'aventure, de type point & clic, qui avait marqué les joueurs pour trois raisons.

C'est un vrai plaisir de retrouver nos héroïnes.
C'est un vrai plaisir de retrouver nos héroïnes.

La première, et la plus évidente, c'est bien entendu la grande qualité de ses deux épisodes (sortis en 1999 et 2001) qui se jouaient sur plusieurs CD tant ils avaient de contenus à proposer et, surtout, via des décors en FMV, c'est à dire en vidéo. Une prouesse pour l'époque.

La deuxième, c'est sa patte graphique en cell shading (cette sorte de représentation de type bande dessiné ou dessin animé), qui se démarquait clairement du reste de la production ludique de l'époque.

La dernière, ce sont ses héroïnes et leur histoire d'amour homosexuelle, à une époque où le sujet n'était que très peu abordé dans le monde du jeu vidéo.

Elles sont toujours en couple.
Elles sont toujours en couple.

Une série adulte, bien ficelée et de grande qualité. La barre était donc haute pour Fear Effect Sedna, qui reprend la licence au travers du travail de développement de Sushee, un studio français basé à Lannion dans les Côtes-d’Armor.

Changement de gameplay


Fear Effect Sedna laisse de côté l'aspect aventure et point & clic pour proposer un jeu en 3D isométrique.

Un côté old school se ressent de chaque pixel, mais l'ensemble est trop glacial et impersonnel pour marquer le joueur.

Un petit côté old school...
Un petit côté old school...

On retrouve les personnages des précédents épisodes, toujours aussi bien stylisés. Ils évoluent dans des décors plutôt réalistes, mais trop ternes.

De bonnes idées... mal exploitées


Le jeu oscille donc entre action, infiltration et réflexion. Globalement, l'action se déclenche au moment où vous avez raté votre phase d'infiltration.

Vous allez énormément recommencer dans Ferar Effect Sedna. Cela ne devrait pas être un soucis... sauf quand on peste contre cette foutue maniabilité qui rend le jeu si imprécis.

Les missions ne se limitent pas à tirer sur tout ce qui bouge.
Les missions ne se limitent pas à tirer sur tout ce qui bouge.

De plus, le jeu est très rétrograde, comme tout droit sorti des années 90 dont il tente de s'imprégner : les gardes ont le QI d'une huitre, en plus de leurs déplacements ultra scriptés.

Ainsi, vous pouvez arriver en courant derrière eux, si vous vous mettez accroupie au dernier moment, ça va passer. Même chose pour les coups de feu : cela n'alertera pas les gardes à 10 mètres. Non, la seule chose qui les attire, c'est lorsqu'ils vous voient.

Les puzzles sont variés, et correspondent le plus souvent à des dispositifs à pirater pour ouvrir une porte ou activer un système informatique. Mais ils ne sont pas passionnants pour autant. On est loin d'un Professeur Layton.

Les combats contre les boss sont une vraie merde.
Les combats contre les boss sont une vraie merde.

Quant à l'action, c'est rigide au possible et peu confortable.

Vous devez également gérer la peur - la série ayant toujours eu des sympathies avec le genre survival horror. Mais une fois de plus, c'est raté, car cela ajoute une gageure supplémentaire à un gameplay déjà bancal.

C'était mieux avant


C'est un vrai plaisir que de retrouver Hana et Rain, les deux héroïnes de Fear Effect... Mais le plaisir est de courte durée.

Le jeu est bancal. A proposer trop de gameplays différents, le jeu se prend les pieds dans le tapis, notamment durant les phases d'action où la maniabilité n'est clairement pas pensée pour l'action.

Mention spéciale aux combats contre les boss qui vont en décourager plus d'un (et moi y compris). Et tant pis pour l'infiltration qui prévaut dans le reste du jeu ; ici, on rentre dans le tas, et on subit cette maniabilité de merde sortie d'un autre âge.
Bof

Fear Effect Sedna

Bancal, plein de défauts et finalement peu palpitant, Fear Effect Sedna relance bien tristement une série qui avait pourtant fait les beaux jours de la Playstation.

La note : 2/6 (Bof)