Platinium Games n'est pas spécialement reconnu pour la finesse de ses jeux. Ce n'est pas Vanquish qui va venir changer la donne.

Après Bayonetta ou encore Madworld, les gens de chez Platinium Games reviennent avec un nouveau jeu. Une fois de plus, c'est de la bonne grosse action bien musclée. Cette fois, c'est Shinji Mikami, le papa de Resident Evil qui est aux commandes. Exit les zombies, place à l'espace !

Le scénario est aussi décérébré que le titre en lui-même : dans un futur assez lointain, les russes tentent à nouveau de dominer le monde face aux Etats-Unis ! Pour montrer qu'ils ne plaisantent pas, ils ont purement et simplement atomisé San Francisco... et comptent remettre ça avec New York.

Vanquish sur Xbox 360.
Vanquish sur Xbox 360.

Vous incarnez Sam, un membre de la Darpa qui, aidé de son acolyte Elena, devra tracer son chemin aux côtés du gros bourrin de service, Burns.
Ce n'est donc pas le scénario qui va nous donner envie de continuer, mais bel et bien le gameplay en lui-même. Côté ambiance, j'ai bien plus apprécié Bayonetta, plus fou dans sa représentation, et également bien plus original.
Dès les premières minutes, on apprécie la prise en main, rapide et nerveuse à souhait. Grosso-modo, on se retrouve avec une maniabilité proche de celle de Gears of War. Mais quelques petites trouvailles boostent le tout de la plus belle manière.

Ainsi, on trouve principalement un boost qui permet de se déplacer super rapidement. L'image est alors déformée, donnant au joueur un sentiment grisant d'adrénaline pure. On en prend plein la gueule, et on n'a que rarement le temps de souffler. Les niveaux sont assez courts et, surtout, ne souffrent d'aucun temps mort.

Bourrin, le jeu l'est sans conteste. Ce n'est pas pour autant une raison de rentrer gratuitement dans le tas sous peine de devoir recommencer au précédent check point. Il convient de savoir se planquer et établir un minimum de plan d'attaque avant de pouvoir progresser. Même chose pour les boss, parfois un peu redondants mais demandant une certaine méthodologie pour en venir à bout.

Préparez-vous à en prendre plein la gueule !
Préparez-vous à en prendre plein la gueule !

La durée de vie n'est pas énorme, avec environ 6 à 8 heures en mode normal. Le mode facile se torche beaucoup plus vite. C'est court, mais on recommence avec plaisir, car Vanquish renoue avec un principe vieux comme le jeu vidéo : le scoring. Cela fait vraiment bizarre de retrouver ça dans un jeu récent qui n'est pas sur Xbox Live ; un peu comme The Club en son temps, mais en moins marqué.
Excellent !

Vanquish

Vanquish est un excellent titre à l'action on ne peut plus soutenue. A réserver aux amateurs de castagne en règle, et même aux autres finalement, tant c'est un bon défouloir.

La note : 5/6 (Excellent !)