Alleyway fait partie des premiers jeux sortis sur Game Boy, en 1989. Il propose un principe vieux comme le jeu vidéo, avec un casse-brique de facture très classique.

Comme tout jeu sorti en même temps qu'une console, Alleyway parait clairement old school de nos jours. Pour ne pas dire beaucoup trop rétrograde.

Les graphismes sont limités au maximum : un petit menu pour vous informer de votre score et du nombre de vies qu'il vous reste, votre raquette pour rattraper la balle, et les briques. Pas de fond ni d'autres fioritures. Les développeurs ne maitrisaient pas encore assez le hardware de la Game Boy pour faire plus, et surtout, il fallait aller directement au but : le fun.
Il n'y a pas de musique. Mais le bruit que la bille fait lorsqu'elle heurte une brique produit un son différent à chaque fois, ce qui donne un semblant de mélodie très particulier.

Alleyway, l'un des jeux disponibles au lancement de la Game Boy.
Alleyway, l'un des jeux disponibles au lancement de la Game Boy.

On commence par un niveau classique avec un mur de briques. S'ensuit ensuite le même niveau, mais avec les briques qui connaissent un scrolling horizontal. Le niveau suivant reprend un principe de Tetris, puisqu'au fur et à mesure du temps qui passe, le niveau descend vers le bas.
On arrive ensuite à un niveau bonus avec un héros de la saga Mario illustré en briques.
On recommence ensuite avec un autre motif, pour les quatre niveaux sus-cités. Au total, ce sont quatre motifs et donc 24 niveaux qui s'offrent à nous. Une fois le jeu terminé ? Eh bien on recommence au début. Old School.

La maniabilité est tout aussi basique, mais manque un peu de piquant pour réellement en faire un bon casse brique. C'est un peu trop lent. Cela vient certainement du fait que les développeurs ne voulaient pas faire se déplacer la bille trop vite pour des soucis de lisibilité sur l'écran à matrice passive.
Pas de bonus qui font s'agrandir ou rétrécir la raquette ou lui permettre de tirer. Rien du tout, ce qui donne un ton un peu monotone au jeu.

Nintendo oblige, Mario vient mettre son grain de sel. Comme on le voit sur la pochette du jeu, c'est lui qui pilote la raquette. En début de partie, on le voit donc qui saute dedans pour pouvoir commencer. Le sprite est identique à celui de Super Mario Land, et on en trouve d'autres, comme la bille qui n'est autre que certains tirs d'adversaires dans le même jeu.
Cela n'est pas étonnant quand on sait que les deux jeux sont contemporains, et surtout qu'ils ont étés supervisés par la même personne : Gunpei Yokoi, celui-là même qui a inventé la Game Boy.
Sympathique

Alleyway

Alleyway n'est pas mauvais, il est juste très moyen. Il peine à se trouver une identité et la succession de niveaux tient plus de l'exercice de style que du jeu à part entière. Un jeu de lancement qui ne sera pas resté dans les mémoires.

La note : 3/6 (Sympathique)