Nexzr, prononcez nexar ou nexzedair pour se la jouer au français-qui-prononce-tous-les-sons.
Schmup à scrolling vertical, réalisé par Naxat Soft et sorti en 1992 sur NEC Super CD-Rom².
Il sera d’ailleurs le jeu du Summer Carnival 93 (vous en apprendrez plus en fin de test).


On commence fort : introduction en dessin animé, magnifiquement réalisée, poignante et parlée (en japonais of course). L’ambiance est posée, la qualité est là et on se dit que ça sent bon pour la suite.

Confirmation : graphiquement, c’est propre, limpide et vive l’espace, ce qui veut dire que le fond sera toujours noir, tacheté d’étoiles (sauf le dernier niveau) rempli de vaisseaux, robots, structures métalliques (impeccablement réalisés cela va sans dire) et le tout défilant dans un joli scrolling parallax ultra fluide.
Je ne vous parle pas de la maniabilité de votre vaisseau, il se manie parfaitement (ni trop rapide ni trop lent).


Irréprochable techniquement, il l’est aussi musicalement : mélodies entraînantes, rythmées, pas prise de tête et les bruitages sont de la même trempe.

Vous vous dîtes : mais il est parfait ce jeu ou quoi ? Presque…
Je parlais du dernier niveau quelques lignes au-dessus… avant d’y arriver, il faudra en boucler 5 et là c’est autre chose ! Nexzr est un shoot à l’ancienne, c’est à dire avec ses vagues d’ennemis à apprendre par cœur, ses pièges bien vicelards et ses boss retors. On meurt assez souvent, on progresse petit à petit, on s’énerve, on éteint la console et on la rallume pour en finir avec ce niveau 3 (ou 4 ou 5 ou 6).

On progresse rapidement ? Mais avec quoi ?
Bonne question : un laser de base, upgradable une fois, un shoot tri-directionnel, un bouclier, des lasers à têtes chercheuse ou bien encore des petits modules qui vont shooter les ennemis (très pratique) mais pas de gros laser ou de grosse bombasse pour tout nettoyer, il faut tout faire à la main !


Précisons que comme dans R-type ou Gradius, la destruction du vaisseau signifie la perte de vos options (et il vaut mieux, parfois, tout recommencer).
C’est là le (seul ?) défaut du jeu, repartir à poil pourra en faire criser plus d’un.

En savoir plus :
2 versions existent (cf photo) :
-Nexzr : jaquette dessinée (magnifique), le jeu original, des options et roule ma poule.
-Nexzr special : jaquette blanche (pure), jeu original + Carnival Mode et les options.

Point intéressant, la version blanche, plus complète côte bien moins que son homologue dessinée, ça peut servir lors du choix.

Le Summer Carnival Naxat est l’équivalent des Caravan stage de chez Hudson.
Les 3 jeux réalisés sur Pc-engine cd/scd :
91 : Spriggan
92 : Alzadick
93 : Nexzr









culte, indispensable !

NEXZR

Un jeu prenant, bien réalisé, musicalement puissant, proposant un challenge élevé mais faisable, une intro de toute beauté, des décors épuré et l’espace infini, des prairies bleues, du ciel découvert comme un grand livre ouvert (comprendra qui pourra…).
Naxat Soft au top nous offre donc un incontournable sur PE Engine voire un incontournable du schmup tout court.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)