Le jeu vidéo, c'est une affaire de ressenti, de sensations qui peuvent parfois créer l'émotion. Avec ce truc bizarre qu'est Thumper, des émotions, vous allez en éprouver... Mais pas toujours positives. Parce que putain que c'est difficile !

Epilepsie ludique


Quand on regarde les copies d'écran de Thumper, on ne sait pas trop à quoi s'attendre.

Une fois la manette entre les mains, on découvre. Souvent dans la douleur. Car Thumper fait partie de ces jeux exigeants qui ne laissent rien passer, mais dont le développement est assez maîtrisé pour donner envie de continuer.


Bizarre d'ailleurs, ce sentiment masochiste de se faire mal, mais d'avoir envie de continuer à avoir mal...

Rez en jeu de course


Pour résumer et schématiser, on pourrait décrire Thumper comme une sorte de Rez qui aurait laissé son côté rail shooter pour opter pour un gameplay de course.

Vous incarnez une sorte de scarabée, et tout le challenge sera d'arriver à tourner et à sauter au bon moment. Et forcément, tout cela est réalisé à toute vitesse.


Visuellement, le jeu a quelque chose d'hypnotique : c'est ultra fluide, rapide et les couleurs explosent dans tous les sens. Mine de rien, le jeu nous blinde d'informations visuelles tout en restant parfaitement lisible.

Mais ici, le visuel n'est strictement rien sans le sonore. Et c'est tout aussi violent ! Il est d'ailleurs fortement conseillé d'y jouer avec le son à fond, ou alors au casque, histoire de bien s'enfermer dans sa bulle.

Il ne faut faire qu'un avec la musique, le rythme, qui vous dicte quand appuyer sur les touches.


Intransigeant


Du coup, mois qui suis handicapé de la manette, j'ai rapidement laissé tomber. Vu le prix des manettes PS4, je n'avais pas envie qu'elle finisse dans le mur.

Car Thumper ne pardonne pas grand chose. Comme dans les bons vieux jeux d'arcade de notre enfance, la difficulté monte en flèche après un premier niveau en forme de tutoriel.

Après quelques niveaux, du coup, vous n'avez plus droit à l'erreur. Vous devez vous transcender pour pouvoir progresser.

Autant c'est jouissif quand vous terminez un niveau en ayant survolé le truc, quand vous avez atteint la transe qui vous met dans un état second et où vous masterisez tout... Seulement voilà, cela n'arrive que très rarement.

La plupart du temps, vous allez perdre bêtement parce que vous n'avez pas tenu ce rythme quasi insoutenable. Du coup, vous allez hurler, taper, insulter ces *ù#1$ù de développeurs de Drool qui vous bousillent la vie, vous bousillent le plaisir et vous obligent à jouer à un jeu.

Vous obligent ? Oui, parce que même si c'est (trop) dur, on se dit "allez putain de bande d'enculés de leurs mères, j'en refais une histoire de les niquer". Oui, c'est violent, mais le jeu l'est tout autant, parce qu'il vous balance dans tous les sens et vous n'allez certainement pas en sortir indemne.
Sympathique

Thumper

Attention, Thumper, c'est de la violence : vous allez en prendre plein les dents. Fermez tout chez vous, étaignez les lumières, et, surtout, concentrez vous pour atteindre la transe ultime, de celle qui vous donnera les réflexes d'acier pour jouer à ce mix de jeu de rythme et de jeu de course.

La note : 3/6 (Sympathique)